Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

31 janvier, 2010

Accoucher de mes souvenirs

 

Image de prévisualisation YouTube

J’éprouve parfois une sensation étrange, comme si mon coeur marquait un temps, comme s’il voulait s’arrêter mais il repart tout en douceur comme lorsqu’on passe la première en décomposant la manoeuvre à l’extrême, genre ralenti d’un mouvement pour insister sur la vitesse réelle. Dernièrement une petite phrase de rien du tout a provoqué cet effet induisant d’autres mots, de moi cette fois : « ça m’a rendu  folle, mais c’était pas la bonne personne !  » C’est jamais la bonne personne. Ce qui me manque c’est son odeur, le grain de sa peau, ses grandes mains et le son de sa voix, je voudrais encore  être dans sa sphère, en être dépendante, et pourtant je sais les risques de la dépendance.

Ce qui provoque cette sensation ? Pas seulement l’envie de baiser à corps perdus en attendant la fin des temps… Écouter son coeur qui bat et demander pourquoi il n’y a pas d’écho qui défierait le temps…Échanger autour des évènements, les petits ou les grands du quotidien. Cette banalité qui consiste à avoir des attentions pour quelqu’un qui compte.

Mais il est raisonnable, normal que l’on tourne la page. C’est ce que disent les »croquants » comme dirait Brassens. Ils savent eux, ce qui est bon pour moi, ce que je dois faire, quand je dois lire, pleurer ou danser puis quand je dois passer à autre chose. Forcément, ils pensent qu’ils ont raison. Alors pourquoi m’en parlent-ils si je dois oublier ? Il parait que c’est comme éliminer un cafard.
http://www.dailymotion.com/video/x31xx0

Il parait que la norme, c’est de tourner la page, toutes les pages ? Certaines personnes, et j’en suis ont plus de mal que d’autres à faire cela. L’histoire avec un grand H est universelle, elle est cependant composée de toutes nos petites histoires et chacun de nous perçoit ces deux histoires de manière différente. Dans ma petite histoire personnelle, le passé occupe une place prépondérante tout comme dans la grande histoire qui a déterminé mon existence. Je n’ai pas besoin de l’assentiment de tel ou tel pour qu’il en soit ainsi ou différemment. Je revendique juste la possibilité d’exprimer ce que je ressens, sans demander à quiconque de me comprendre, de me plaindre ou de compatir… Que ce soit en virtuel ou dans la réalité, les gens ne supportent pas que l’on pense différemment : il faut entrer dans un moule ! Et j’ai toujours eu du mal !

Image de prévisualisation YouTube

Il m’a regardé dormir. Je ne sais pas combien de fois, je m’en suis rendue compte un matin, une nuit aussi peut-être, je ne m’en suis pas formalisée, j’ai choisi d’oublier qu’il pouvait le faire. Moi aussi je l’ai regardé dormir quelquefois, lorsque je ne trouvais pas le sommeil. Que voyaient ses yeux ? Quels dégoûts éveillaient donc en lui ce tas de chair abandonné dans le sommeil ? Un dégoût suffisamment puissant pour qu’il choisisse de rejoindre les poupées désarticulées offertes jusqu’au fond d’elles-même sur le net. Voilà ce qui reste des moments où je m’interrogeais sur mon extraordinaire capacité à délaisser mes rêves au profit de chimères qui n’étaient pas les miennes. Extraordinaire aussi cette capacité d’être réellement amoureuse d’un rien, comme si je ne pouvais qu’aimer quiconque fait mine de me jeter des miettes d’attention. Je croyais dur comme fer que mes rêves pour deux nous feraient des jours heureux. Mais dans certains endroits de la terre, aucun soleil ne brille jamais, même pour se mêler à la pluie.

J’ai tout le temps pour penser à ces moments où je voulais aspirer son air, ça ne se fait pas, surtout maintenant qu’il ne respire plus ! Mais il s’agissait d’envies réelles, pas de chiqué chez moi ! Je ne suis pas du tout sophistiquée !

Je suis seule à nos rendez-vous… parce qu’on n’a pas de rendez-vous !

 

 

 

30 janvier, 2010

Lettre au père noël

Classé dans : bavardages,belles choses,humeurs,mode de vie,passions,quotidien,societe — kinkajouunblogfr @ 1:21

 

tontine.jpgBonjour,

Ma démarche est osée et est de celles que je réprouve habituellement. Je passe outre mes préventions pour vous soumettre un projet pas si fou que cela.

La petite histoire pour poser le décor :

J’ai demandé le divorce…banal pour les statistiques mais pour moi c’est une première.

Ce besoin de vouloir casser la routine et de faire entrer du sens dans mon existence ma fait errer sur le net comme en d’autres temps je l’aurais fait sur les chemins.

J’errais donc et j’ai vu quelques uns de vos projets, notamment Arc et Senans et Louis Vuitton.

À défaut d’être belle, j’ai envie de beau dans ma vie.

Seulement voilà, le beau coûte cher et si je ne suis pas tout à fait désargentée, je ne dispose d’aucun autre capital que mes émoluments de fonctionnaire territorial et mon culot.

Le beau, le vôtre se montre, s’expose et vous fait vivre sans doute, du moins je l’espère.

Et si, et si, la fédération de votre talent, de votre savoir faire allié à d’autres talents, à d’autres savoirs-faire faisaient entrer le beau dans ma vie ?

Pas que je sois le centre non, juste la vitrine qui exposerait et amènerait à vous des fortunés, des vrais qui sans être nantis sauraient financer leur goût du beau transcendé par votre talent!

J’ai envie d’une maison en bois, verre et fer… Une déco faite de verdure, de bois et d »essences naturelles, d’une sorte de maison plus verte qu’écolo et qui saurait tirer parti de ce que la nature met à disposition.

Seulement voilà ! Mes désirs, mes envies se heurtent à mon porte monnaie qui n’ose pas fixer mon banquier dans les yeux !

Je vous laisse dessiner et deviner la suite.

Admirativement vôtre

Myel

 

diaflandres7.jpg

 

27 janvier, 2010

Un corps de rêve, une maison et une voiture

Image de prévisualisation YouTube

 

Elle a dit marre, elle n’a plus envie de vider les poubelles ni à Paris, ni ailleurs

Elle veut un avenir sous le même toit…que toi

mamaisonideale.jpg

Les jours défilent, elle ne t’appelle pas, ça coûte!

Elle pense à toi, c’est déjà ça, et ça coûte rien.

peterrolfessculpturalfurniture.jpg

Elle est cocue mais fidèle

Ces moments sont vrais, elle a l’impression de les avoir rêvé

Elle les compare à ceux qu’elle vit comme un enfermement.

Difficile gestion du temps qui passe.

Vaut-il mieux le mépris ou la misère ?

Quel détail a t-elle oublié ?

Elle s’est anesthésiée sous sa carapace, oubliant ce qui lui fait du bien, ce qui lui fait plaisir

Elle fait très attention à ne plus laisser de place aux sentiments.

Elle se méfie de tout, ne sait plus se dévoiler.

Elle a perdu confiance en l’avenir

Elle y va pourtant sans trève

normalpeugeotsr1vg10.jpg

123456
 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...