Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

  • Accueil
  • > En attendant le 8 mars…Rendez-vous

6 mars, 2010

En attendant le 8 mars…Rendez-vous

Classé dans : Non classé — kinkajouunblogfr @ 0:50

 6 ème partie

http://www.dailymotion.com/video/x4lkt1

 

… Rendez-vous fut pris pour un après-midi. Le temps pour chacun des protagonistes de traverser le pays, soit dans son véhicule, soit en utilisant les services des chemins de fer nationaux.
Elle ne s’est interrogée que beaucoup plus tard sur la différence de poids entre leurs valises respectives. Strict minimum pour lui, valise archi pleine pour elle. Peut être comme beaucoup de femmes.

Partir matin pour quelqu’un qui sort difficilement de ses draps, est un exploit : elle l’avait réussi ce jour là avant d’emprunter un tortillard aux initiales rigolotes Train En Retard  avant de monter dans le Tiens Grève en Vue. Le paysage changeait de gare en gare mais à son terminus il y avait encore un arrière-goût de méditerranée.

anduzeaerienne.jpg

 

La compagnie de transport locale lui avait assurée qu’elle pourrait rejoindre à pied son point de rendez-vous. En voyant un taxi devant la gare : le seul ! elle a immédiatement mis un terme à cette idée écologique. A sa décharge, elle n’avait aucun repère et le taxi saurait rapidement l’emmener à bon port porc.

Le chauffeur avait déjà enclenché la première, lorsqu’une petite vieille arriva en clopinant -elle pensait courir vite- pour toquer au carreau. Elle allait au chevet de son époux à l’hôpital qui se trouvait être sur le trajet et exprimait le souhait de se joindre à nous…si la passagère acceptait bien entendu.

Évidemment, elle a accepté la passagère. Se confondant en remerciements, la petite dame tailleur violine et en plein désarroi a pris place. Et le chauffeur de remercier aussi sa première cliente.

rumba2.gif

En bon professionnel il avait saisi que l’adresse où il devait la poser et son empressement à s’y rendre était d’une nature à la fois urgente et adultère. La seconde passagère expliquait avec un pauvre filet de voix que son pauvre André avait brutalement décliné et qu’elle ne pouvait se résigner à l’idée, à l’idée, vous comprenez ? disait-elle en se tordant les mains et son mouchoir dont discrètement elle tamponnait ses yeux rougis. Vite arrivée à destination, elle est descendue la première et le chauffeur bon prince ne lui a fait payer que la moitié de la course.

Deux minutes plus tard alors que le téléphone sonnait pour la seconde fois, il arrêtait son destrier  taxi pour que la dame en descende. Le temps d’encaisser la course, il n’a pas eu le temps de se lever que déjà elle était à terre et avait pris ses affaires s’élançant vers celui qui lui faisait battre le coeur.

 

jupenoire.jpgElle a légèrement trébuché en marchant sur sa longue jupe. Un fil invisible l’en a empêché.

 

Ce premier contact passa d’abord par l’étonnement du regard : tiens, il est comme ça ? Appuyé contre sa voiture, faussement nonchalant dans une position naturelle calculée…Et puis le choc, second contact, physique celui-là, sa chair à elle contre ses os à lui. Mais ses yeux et ses mains qui parlent un indéchiffrable langage. Sa voix se joint enfin au reste, le tour est joué, comme prise au piège la voilà qui embrasse. Qui embrasse ? Les deux sans doute !

Puis deux mains qui se tiennent, puis entrer dans la chambre du rez de chaussée. Se jeter l’un sur l’autre, l’un dans l’autre. Fou rire quand les lits jumeaux se défont…Ils n’avaient pas prévus cela. Caler les lits pour se caler, pour se lover, se dorloter. Moments pleins de promesses.

oeilcomtois.jpg

La découverte du corps de l’autre, ce terrain exploré par d’autres avant, est délicate. Chacun a ses repères. Il semble choqué des mots qu’elle utilise au comble de l’extase, elle le trouve tiède et pas assez habile et inventif avec son organe du plaisir. La magie opère quand même.

Quand l’un et l’autre enfin rassasiés s’endorment c’est pour un sommeil juste réparateur et de courte durée. La faim les tenaille alors qu’étrangers l’un et l’autre dans la ville ils ont laissé fermer un à un tous les restaurants. Leur premier repas d’amoureux se compose de mets au goût universel proposés par l’oncle américain…Anachronique, un petit blanc sec vient en modifier les saveurs habituelles… Tout passe, tout casse, tout lasse.

Chacun depuis à repris le cours de sa vie à des années-lumières l’un de l’autre.

Rien de plus difficile que de se passer de quelqu’un qu’on aime. jetaime.jpg

Une réponse à “En attendant le 8 mars…Rendez-vous”

  1. ALAIN dit :

    L’Amour est un sentiment qui au lieu de faire du bien, fait souvent du mal !
    ARSENE GRISALI

    Pas tout le temps heureusement

Laisser un commentaire

 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...