Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

28 avril, 2010

Avis divers et variés

Classé dans : amours,bavardages,belles choses,citations,humeurs,passions,poesie,reflexions — kinkajouunblogfr @ 22:47

petitegrenouille.gifQuelqu’un m’a dit que j’étais hostile… il aurait du dire que je lui étais hostile, c’est plus juste !

Une autre personne m’a dit que je devrais être contente de plaire et que si les hommes voulaient faire l’amour avec moi, je ne pouvais que m’en réjouir : « tu n’es pas moche, tu fais rêver, tu te rends compte, tu es un fantasme ambulant »

petitegrenouille.jpgUn troisième me dit d’apprendre la patience, m’encourage à m’amuser avant de trouver celui avec qui je ferais un bout de chemin.

Un quatrième m’enjoint de faire attention, de ne pas m’emballer et surtout de ne pas tomber amoureuse, de me méfier des gens qui me « parlent » par le biais du net.

Un autre enfin voudrait me voir sourire…mais à qui, à quoi ?

Oui je ris, je souris mais à une seule personne et qu’importe les témoins, qu’importe les lieux puisque je suis alors dans ce qu’il nomme son pays des merveilles. Je trouve cela délicieux.

J’écoute et je réponds plus ou moins poliment à ces gens qui savent ce qui est bien pour moi et dont l’avis m’est complètement égal. Je calcule peu les risques, j’en suis incapable, je fais en fonction de mon humeur, de mes ressentis et je dirais presque de la météo !

contresens.jpg

 

 
 

 

Sans lien avec ce qui précède, un mot se jouait de ma mémoire depuis une semaine : héautontimorouménos… d’abord j’ai dû essayer de le prononcer sans me tromper puis je suis aller chercher dans ma mémoire pourquoi ce mot m’obsédait. L’obsession d’un seul homme chez moi  se combat  grâce à l’obsession des mots ! Je livre ici le résultat de mes recherches.

 

 

 

Il s’agit d’un extrait de Baudelaire dans les fleurs du mal.Beaudelaire a utilisé un mot  inventé par un certain Terence 159 avant JC, ce mot signifierait le bourreau de soi-même, mais honnêtement, ça je m’en fiche !

Ce poème, le voilà :

heautontimoroumenos.jpg

Je te frapperai sans colère
Et sans haine, comme un boucher,
Comme Moïse le rocher !
Et je ferai de ta paupière,

Pour abreuver mon Saharah,
Jaillir les eaux de la souffrance.
Mon désir gonflé d’espérance
Sur tes pleurs salés nagera

Comme un vaisseau qui prend le large,
Et dans mon coeur qu’ils soûleront
Tes chers sanglots retentiront
Comme un tambour qui bat la charge !

Ne suis-je pas un faux accord
Dans la divine symphonie,
Grâce à la vorace Ironie
Qui me secoue et qui me mord ?

Elle est dans ma voix, la criarde !
C’est tout mon sang, ce poison noir !
Je suis le sinistre miroir
Où la mégère se regarde.

Je suis la plaie et le couteau !
Je suis le soufflet et la joue !
Je suis les membres et la roue,
Et la victime et le bourreau !

Je suis de mon coeur le vampire,
- Un de ces grands abandonnés
Au rire éternel condamnés,
Et qui ne peuvent plus sourire !

 

24 avril, 2010

Verset 5 du cantique des cantiques de Salomon

Classé dans : amours,bavardages,belles choses,douceurs,fleurs,passions — kinkajouunblogfr @ 1:43

buste.jpg

1 Cantique des cantiques, de Salomon.

2 Qu’il me baise des baisers de sa bouche! Car ton amour vaut mieux que le vin,

3 Tes parfums ont une odeur suave; Ton nom est un parfum qui se répand; C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment.

4 Entraîne-moi après toi! Nous courrons! Le roi m’introduit dans ses appartements… Nous nous égaierons, nous nous réjouirons à cause de toi; Nous célébrerons ton amour plus que le vin. C’est avec raison que l’on t’aime.

 

 

5 Je suis noire, mais je suis belle, filles de Jérusalem, Comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon.

6 Ne prenez pas garde à mon teint noir: C’est le soleil qui m’a brûlée. Les fils de ma mère se sont irrités contre moi, Ils m’ont faite gardienne des vignes. Ma vigne, à moi, je ne l’ai pas gardée.

7 Dis-moi, ô toi que mon coeur aime, Où tu fais paître tes brebis, Où tu les fais reposer à midi; Car pourquoi serais-je comme une égarée Près des troupeaux de tes compagnons? -

8 Si tu ne le sais pas, ô la plus belle des femmes, Sors sur les traces des brebis, Et fais paître tes chevreaux Près des demeures des bergers. -

9 A ma jument qu’on attelle aux chars de Pharaon Je te compare, ô mon amie.

10 Tes joues sont belles au milieu des colliers, Ton cou est beau au milieu des rangées de perles.

11 Nous te ferons des colliers d’or, Avec des points d’argent. -

12 Tandis que le roi est dans son entourage, Mon nard exhale son parfum.

13 Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe, Qui repose entre mes seins.

14 Mon bien-aimé est pour moi une grappe de troëne Des vignes d’En-Guédi. -

15 Que tu es belle, mon amie, que tu es belle! Tes yeux sont des colombes. -

16 Que tu es beau, mon bien-aimé, que tu es aimable! Notre lit, c’est la verdure. -

17 Les solives de nos maisons sont des cèdres, Nos lambris sont des cyprès. -

champdecoquelicot2.jpg

 

J’ai appris à lire dans la bible et les livres qui l’expliquent…il me semble que j’ai dû l’écrire sur ce que j’appelle maintenant mon premier blog !

Un peu plus tard, j’ai appris par coeur des grandes parties, j’avais une bonne mémoire et j’ai gagné plein de concours bibliques grâce à elle. Si si , ça existe les concours bibliques !

Le verset 5 du cantique des cantiques, je pense avoir commencé à le comprendre au bout de cinq ou six ans quand je suis rentrée dans l’âge adulte. J’ai compris, le « mais »notamment !

Je suis noire Mais je suis belle, comme si c’était un crime, une hérésie que de ne pas être belle ! ce « Mais » indique que c’est l’un ou l’autre…Comme si être noire c’était forcément ne pas être belle ! Si j’avais des neurones je réfléchirais à la façon d’écrire ce que ça a fait frémir dans la construction de ma personnalité d’adulte. J’écrirais le jour  où je me suis rendue compte qu’on ne s’adressait pas à moi, mais à la noire en moi… Le jour où j’ai vu ce regard qui me disait avant les mots qui ont suivi, tu es d’où parce que noire et non parce que j’avais des racines quelque part. J’ai mis toutes ces années à répondre que je suis issue de mon père et de ma mère, berceau et matrice posés sur un caillou quelque part dans un océan qui n’est loin que si on n’y est pas.  « Mais » c’est parfois aussi, déjà que tu es noire sois au moins belle ! C’est, posé de cette façon comme une injonction…Un peu comme ces enfants de banlieues à qui on intime de bien travailler en classe pour tenter d’intégrer les grandes écoles au mérite, parce qu’ils auront été les meilleurs des mal nantis.

 

champdecoquelicots.jpgHonnêtement, là je m’en fiche de ne pas être belle, je suis belle dans ses yeux, sous ses mains dans tous ses gestes et dans les mots qu’il emploie et dans des attentions dont je ne devinais même pas l’existence. Ce qui semble être un retour aux amours adolescentes en est cependant très éloigné. Reste que la fascination provoquée par la découverte de l’autre n’a pas d’âge ! La vie est à vivre tant qu’elle existe et au présent. Il a des défauts aussi heureusement, ça me rassure… j’ai déjà donné dans les mecs parfaits ou prétendus tels. Il m’aide à m’émanciper de mon passé et ça compte. Il ne le sait même pas ! Son pire défaut ? Il n’aime pas lire, il y a encore pire je crois ! Comme je lis pour deux, je lui pardonne.

Et fait nouveau, ça ne me gêne pas qu’il soit tendre avec moi, ça ne me fait pas peur, j’accepte les gestes, la posture, les mots tout ce décorum qui peut paraître désuet mais qui est extrêmement rassurant. Cette façon de se pencher vers moi et de m’attirer dans ses bras pour m’embrasser, comme si j’étais fragile, comme si j’étais importante.

J’espère ne pas me tromper, mais les perspectives qu’il dévoile sont si belles…
 


 

19 avril, 2010

Le beau, là tout près

Classé dans : bavardages,belles choses,humeurs,oiseaux,passions,relations,tourisme — kinkajouunblogfr @ 0:44

Ce qui me caractérise c’est la marque de la période, indécise et curieuse. Passionnante et risquée. Mais j’aimerais à mes côtés un homme comblé  mais cet oiseau rare n’existe pas. Il en faut trois pour en faire un ! Problème je ne suis pas séduite par la polygamie… Chaque fois que je pense l’avoir trouvé je dois déchanter plus ou moins rapidement…sans doute parce que je ne serais jamais la femme idéale ! Qu’importe, je rêve encore d’une histoire simple et explosive en bonheurs partagés, et je vais m’entêter jusqu’au bout, y compris s’il faut le faire jusqu’à ce que je mette un pied dans la tombe.

levidourlesommires.jpg

Et puis je suis abonnée aux arlésiens, vous savez, la catégorie des Arlésiens, personnages littéraires ou de fantaisie qui, tels Socrate au banquet, déclarent n’être « rien », ou telle l’Arlésienne d’Alphonse Daudet, ou Dulcinée chez Cervantès, ne se montrent pas, sont en creux, et catalysent les passions….Ce qui n’arrange pas mes affaires c’est que j’imagine maintenant des amours tournées vers la création plutôt que vers la procréation   ce qui semble être, comme dans l’Antiquité strictement masculin ! Faut croire que mes pseudos-hommes sont dérangés par cette attitude, ils veulent garder la main ! Pas question qu’ils fassent l’éloge de la dissymétrie puisqu’ils la pensent à leur encontre… Mais j’aime trop les mots de l’amour et les gestes qui peuvent en être les preuves !

salinsencamargue.jpg

Je n’aime pas que ça… Je me suis régalée cet après-midi. J’ai traversé la Camargue en Goldwing, une jaune or… ça n’a pas modifié le paysage, ça l’a juste sublimé et ironie du sort j’étais avec un franc-comtois, mais ça je l’ai su en cours de route, pendant une halte, la première sur le chemin de la Camargue, au bord du Vidourle !

tourcamargue.jpg

Certes on ne passait pas inaperçu, certes l’engin attire les badauds dès qu’on est à l’arrêt mais ce qu’ils savent, ou pas d’ailleurs, c’est ce frisson à l’accélération et à chaque décélération. Une sorte de guili dans le ventre mais qu’on n’échangerait pour rien au monde tellement c’est bon ! Et puis des pointes à 160 km/h c’est vraiment grisant.  Voir défiler ces paysages que je connais depuis trente ans sur cette monture sous cette belle lumière printanière…je le conseille à tous ceux qui le peuvent. Promis, je referais cette balade, avec un mec à moi …pas un biker dont j’oublierais le nom dès que j’aurais mis pied à terre.

 

1234
 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...