Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

25 août, 2010

Trou normand

Classé dans : citations,humeurs,point de vue,quotidien,societe — kinkajouunblogfr @ 1:42

ilyaunrequindansmonplafond.jpg

 

Il y a un requin dans mon toit

24 août, 2010

Lâcher les chiens

Image de prévisualisation YouTube

C’est rare que je me sente coupable d’être en colère. La colère m’a toujours porté, et je ne l’ai jamais considérée comme un obstacle. Seulement depuis quelques temps je me sens contrainte de me considérer autrement que par cette émotion. Je ne veux pas devenir quelqu’un d’autre, mais la personne qui s’exprimait par la colère en découvre les limites. La colère met ma vie à mal. Avec cette colère, il y avait aussi le mépris voilé mais réel pour la plupart des gens que j’estimais moins bien que moi, une sorte de complexe de supériorité . Cet aspect-là, j’ai pu le masquer et je le fais encore assez spontanément car je suis avenante, agréable et de bonne compagnie. C’est simple, il me suffit de rester superficielle dans mes relations et je le fais naturellement dans mes relations professionnelles, mes relations familiales sont très roseenbouton1.jpgrestreintes, je n’ai plus que des connaissances et quasiment plus de relations amicales. Tout cela s’est fait progressivement, avec quelques à-coups émotionnels, mais somme toute je me sentais à l’abri de relations envahissantes, le mépris me maintenait  à distance. Les seules relations qui trouvaient grâce à mes yeux…les contacts avec mes (nombreux) animaux, eux comptaient sur moi et ne contestaient pas mes décisions ou mes choix. Un jour, il y a peu, j’ai voulu me « reprendre » pour exprimer les émotions que je savais si bien placer derrière l’écran du cynisme  et me placer dans des relations normales d’échanges et de discussions où j’aurais tort aussi !  Je ne savais plus comment faire ! J’étais dans la suspicion, la peur de mes émotions et dans l’étonnement des émotions qui m’étaient adressées. Tout cela, je le vivais comme autant d’agressions. Il me manquait des codes de lecture soit pour comprendre, soit pour accepter.

Me voilà bien embêtée, je ne sais plus lâcher les chiens parce que c’est moi qui serait mordue. Je me retrouve dans une impasse et qui plus est sur un terrain totalement inconnu.

23 août, 2010

Trou normand

Classé dans : humeurs,mode de vie,point de vue,quotidien,reflexions,relations,societe — kinkajouunblogfr @ 21:44

parfoisilnyariencomprendre.jpg

 

Parfois il n’y a rien à comprendre

12345...8
 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...