Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

29 novembre, 2010

Jours de chance

Classé dans : bavardages,belles choses,humeurs,mode de vie,quotidien,relations,societe — kinkajouunblogfr @ 9:42

Une nuit d’insomnie (comme toutes les nuits) je discute avec un internaute. C’est sans doute plus qu’un internaute puisqu’on discute de son chômage, de son abruti de conseiller pour le pôle-emploi, de son amour enfui et de ses cours de danse. On parle aussi de mes nombreux et incessants déboires…de ma tristesse et il me conseille même de laisser voir à mes enfants que je suis vulnérable et perméable aux sentiments.
C’est à peu près le seul à qui j’avais exprimé mes craintes concernant mes finances vu que, divorce et répartition du patrimoine tardent à venir. Bon coeur, il était prêt à faire l’usurier et à m’avancer les sommes qui me faisaient défaut, sans même savoir à combien elles s’élevaient. Pas totalement irresponsable, j’avais refusé. Le propos de cette nuit-là, a trouvé une solution inespérée.

http://www.dailymotion.com/video/x1e1ya

Les choses ne se passant jamais pour moi simplement, il a fallu une once de drame, dont je me serais bien passé. Le rendez-vous que je sollicite avec un conseiller financier n’est possible que 10 jours plus tard…malgré ce que je perçois comme une urgence, rien ne m’est proposé plus tôt. Le matin du rendez-vous, je vais vérifier l’heure de celui-ci au guichet ! Pourquoi ai-je fait cette vérification ? Je n’en sais rien ! Toujours est-il que la personne chargée de « l’accueil » me répond laconiquement qu’il n’y a pas de rendez-vous noté à mon nom et que tous les conseillers sont pris avant de renseigner celui qui me suivait. entte.jpgJe suis rentrée chez moi ventre à terre pour appeler la plateforme afin d’en obtenir un autre ! On me promet de me rappeler en début d’après-midi, mais évidemment, rien ne vient…Lorsque je rappelle c’est pour m’entendre dire qu’on ne va pas y arriver à cause de mes horaires de travail…mon heureux caractère m’a bien entendu fait envoyer balader cette dame qui aurait préféré me savoir au chômage alors que tout comme elle je gagnais ma vie, et pas de 1h à 7h du mat.  Avec des revenus moindre qu’elle certainement mais quand même ! Je fais le forcing, je refuse le rendez qu’elle me propose pour début décembre sachant que l’institution bancaire prélève déjà des frais qu’elle nomme pompeusement frais d’intervention. J’obtiens ô miracle le même rendez-vous, à la même heure et avec le même conseiller que le rendez-vous initial.

Dans la semaine j’avais été contactée par « mon » conseiller qui s’était pris un savon en s’autorisant à me joindre sur un numéro de portable que je ne lui ai jamais communiqué vu que je n’avais jamais eu de contact avec lui et que son prédécesseur avait obtenu ce numéro par un moyen détourné !

Enfin bref ! malgré l’air ahuri du jeune de l’accueil qui mâchait son chewing gum et ses mots, j’ai attendu patiemment durant un quart d’heure, que l’heure de mon rendez-vous pour négocier un prêt à la consommation arrive.

Deux minutes  avant, il communique par téléphone avec un homme assis dans un aquarium et tous deux s’échauffent, lui parce que je lui ai annoncé le nom et le prénom de la personne que je viens voir et l’homme du bocal parce qu’il n’a pas de rendez-vous prévu et que mon conseiller serait disponible s’il en croit l’emploi du temps qu’il peut consulter.

Je fais celle qui n’entend ni ne voit, ce qui oblige mr du bocal à sortir de son bureau, me suggérer de prendre un autre rendez-vous, je refuse, il me reçoit dans son bureau, me fait asseoir  puis négocie avec mon conseiller que celui-ci fasse son boulot : qu’il me reçoive.

Mr du bocal est affable et souriant ! Ce qui ne l’empêche pas d’atterrir sur les roses quand ses questions sont plus proches de celles de l’assistante sociale que du bailleur de fonds. Je suis enfin reçue par la personne chargée de …ne rien faire sur les sommes que je perçois mensuellement et qui proviennent de mon employeur. Pfff, je n’ai même pas de revenus occultes.

L’accent du midi ne me dérange pas quand je l’entends dans la rue, mais derrière un guichet, le ton petite frappe me déplait assez, je passe outre et comme c’est notre première rencontre je tente une ouverture : je transmets à « mon conseiller » les salutations d’une collègue dont il avait eu à gérer les comptes auparavant.

Il utilise les services de quelqu’un que j’ai formé, il en profite donc pour se renseigner sur le contenu de la formation dont elle a bénéficié. Bon, j’abrège…

Ce type me demande l’objet de mon rendez-vous et m’apprend que le prêt que je sollicite n’est pas utile puisque l’épargne dont je dispose couvre largement le montant concerné.

despiecesdemonnaieillustration.jpg
Je ne savais pas que j’avais une épargne…C’est la première fois qu’une telle chose m’arrive ! Je suis ravie, soulagée et plus encore. Je ressors de la banque beaucoup moins tendue que lorsque j’y suis entrée.
Quelques jours plus tard, je reçois un courrier de l’administration qui m’emploie…Je suis éligible au GIPA, la garantie individuelle du pouvoir d’achat, je ne savais même pas que ça existait ! A ma solde du mois de novembre j’aurais donc comme un rappel. Ouf ! Si je joue au loto…vais-je gagner ?

5 réponses à “Jours de chance”

  1. ALAIN dit :

    Comme quoi tout s’arrange !!!
    ARSENE GRISALI


    J’attends maintenant que Bill Gates me demande en mariage…

  2. Héliantine, j’ai effacé par mégarde le message où tu me disais ton sourire, que tout arrivait quand on ne s’y attendait pas et que je pourrais reprendre des douches….tu veux bien me le renvoyer s’il te plait ! :(

    Dernière publication sur Plurielle : Un souvenir peut en cacher pleins d’autres

  3. Hélianthine dit :

    Oh mais ca va être dur parce que je n’en fais pas de copie de mes commentaires…Enfin je devais dire que un j’adorai la façon dont tu décris les évènements, parce qu’on a vraiment l’impression de les vivre avec toi, deux la proposition de l’internaute généreux nous réconcilie avec l’espèce humaine, trois les bonnes choses arrivent toujours au moment où on ne s’y attend pas et puis avec tout ça tu vas pouvoir reprendre des douches! :-)

    Merci deux fois… J’apprécie cette éclaircie, c’est vrai, au point de ne pas me plaindre de la météo et de tout ce qui ne s’est pas arrangé.

  4. Profite de la GIPA, les zeureux n’en bénéficient qu’une fois dans leur carrière!!! et c’est le bon moment pour toi !
    Alors fais-nous ce charmant sourire qui te va si bien et dont tu es un peu avare, ces temps-ci, n’est ce pas ?

    Je ne vais pas rejeter cette somme…mais elle veut quand même dire que mon pouvoir d’achat a été malmené (je ne suis pas la seule) ! J’essayerais de sourire mais pas en même temps que les larmes, ça donne des grimaces affreuses.

    Dernière publication sur chroniques variées : pas joli mois de mai

  5. Zaz dit :

    Oui, le genre humain n’est pas complètement pourri et on fait de belles rencontres sur Internet.
    Moi qui suis assez littéraire, j’apprécie beaucoup la qualité de votre écriture. C’est assez rare pour être souligné !

    Merci de ce passage que j’apprécie. Je milite pour un parler et des écrits corrects, seule dans mon coin. Je suis souvent atterrée par l’indigence de certains… j’essaye de ne pas faire souffrir les mots.

Laisser un commentaire

 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...