Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

21 novembre, 2010

Instruction civique

Classé dans : antilles,societe — kinkajouunblogfr @ 14:11

Initiative de Arte : les différents statuts des territoires français d’outre mer

Image de prévisualisation YouTube

19 novembre, 2010

Parti ? Vraiment !

Classé dans : amours,bavardages,chagrins,passions,quotidien — kinkajouunblogfr @ 1:03

 

161694481rl313150259.jpg

Derrière cette placidité résignée il y a les larmes qui coulent

Elles sont autonomes, elles ne m’ont pas demandé mon avis,

Je leur aurais refusé cette permission.

Cacher ces larmes c’est mon obsession, je croise des gens dans la rue et la place que je traverse est noire de monde !

J’espère qu’il n’y a là aucune connaissance…

J’ai pensé trop vite, trop fort

Une main se pose sur mon bras, une collègue…enfin une ancienne collègue !

Elle est aujourd’hui à la retraite, mais elle a gardé des contacts dans le service.

Je me place dans l’ombre pour qu’elle ne voit pas mon visage.

Renifler et faire croire à un vilain rhume… Elle compatit :

C’est vrai qu’avec ce temps, on n’est pas à l’abri…

J’ai envie qu’elle s’en aille, je n’ai pas envie de savoir comment elle meuble son temps

Elle, au contraire tient à me raconter :

Conférence sur le vieillissement, randonnées, repas avec ses filles et ses petits-enfants !

Oui ! d’accord, j’ai ton numéro, je t’appelle et on se fait une bouffe, promis !

Je retiens ma respiration, je lui adresse un dernier sourire et lui fais un signe de la main.

Je repars, bras croisés, tête baissée et voilà que les larmes s’autorisent à couler de nouveau.

berbre.jpg

Je presse le pas, je n’ai plus de mouchoirs il faut que j’arrive vite à l’appartement.

Qu’est-ce qu’ils ont tous à être sur mon chemin aujourd’hui ?

Là c’est l’éternel copain de fac qui s’en vient aux nouvelles.

Comme il me connaît bien, il voit que je pleure

Bras rassurants autour de mes épaules

Il sent bien que mes muscles se tendent, que je refuse sa sollicitude, que je n’en veux pas mais…

Il insiste, propose un repas…on pourrait parler, ça te changerait les idées

Te laisse pas aller, allez viens !

Je me contente de refuser de la tête, submergée par mon chagrin, suffoquant malgré la température.

Je n’ai qu’une envie, être seule pas sous le regard d’un quidam aussi gentil soit-il.

Tu es superbe, regarde-toi, tu as maigri, tu feras bientôt concurrence à tes filles

Ne laisse pas cette fragilité prendre toute la place

S’il savait comme j’ai envie de me retirer de la course, de toutes les courses,

Glisser, tomber, dormir puis partir.

d9qenuqfofdjh6pjk7x9oelvo1400.jpg

Oui, partir me perdre pour de bon, sans projet, sans avenir

Que peines, fardeaux, tracas et chagrins n’empoisonnent plus ma solitude

Que rien ne soit plus cruel, puisque rien n’existera plus

Puisque ce sera la fin de ce maudit voyage.

C’est la nuit et il est midi…C’est fatigant de hurler en dedans !

triste.jpg

 

 

 

16 novembre, 2010

Ce qui est important

Classé dans : amours,humeurs,mode de vie,passions,point de vue,reflexions,relations — kinkajouunblogfr @ 1:43

On m’a demandé de juger moi-même ce qui serait important…j’ai écrit ma réponse mais je ne l’ai pas envoyé à son destinataire, je crois que je n’ose pas, voilà ma copie :

Il faut découvrir à longueur d’années par affleurements progressifs ce qu’on doit être et faire pour correspondre à tout ce qui est en nous et se réaliser pleinement.

Ce qui est important, c’est la concrétisation de mon projet personnel en tant qu’individu…abandonner tout projet déterminé, au bénéfice d’une forme plus profonde, plus fondamentale d’existence. Et je suppose que ça ne vaut pas que pour moi.

Il s’agit de savoir renoncer, à certaines de mes envies, à certains de mes désirs, certaines de mes idéologies et d’accepter l’imprévisible. Il paraît qu’on dispose de ressources pour cela.

Pourquoi et comment tel comportement, tel choix, telle démarche, tel acte concourt à telle quête personnelle ? 

Quel message je dois ou je veux faire passer ? Qu’est-ce qui dans mon vécu personnel, mes souvenirs, ma souffrance, me pousse à agir et qu’est-ce que je cherche éventuellement à réparer ? Et puis quelles sont les conséquences de mes choix, pour moi et les autres ?

Enfin arriver à repérer ce qui me fait tant souffrir quand on touche à l’intime, ce qu’il faudrait pour que je me sente valorisée en ce que j’ai d’unique mais qui est si coûteux que je préfère m’occuper des autres que de moi(travail, famille) !

Une relation(amoureuse par exemple) vise t-elle à compenser des manques, à guérir des frustrations, à réparer des blessures personnelles ou familiales, notamment celles que j’ai pu subir ?

Ce qui me freine en tant qu’individu c’est que je me soumets régulièrement à la pression extérieure(projet des autres pour moi, croyances…)au lieu de développer mon intériorité, le seul chemin qui puisse me permettre d’aller vers ma liberté. Liberté d’être, donc liberté d’acte !

J’ajuste mes comportements, trop souvent en fonction des autres…et les choix que je suis amenée à faire ne correspondent pas forcément à ce que je suis en tant qu’individu !

À force d’être ainsi tiraillée, j’y perds toute sérénité, toute créativité. J’en deviens hyper fragile émotionnellement et je deviens une sorte d’intellectuelle qui semble dégagée des affects qui pourtant me sont indispensables :

Au lieu d’être accueillante, ouverte aux idées et désirs de l’autre, attentive, bienveillante et chaleureuse, ouverte à l’inattendu je me montre cynique, distante, faussement détachée.

Je renonce tellement à être moi-même que je n’ai plus rien à proposer aux autres sur le plan émotionnel.

À mon contact plus personne ne se sent regardé, respecté dans sa globalité. C’est d’autant plus navrant que je suis avide de chaleur humaine, de relations plus intenses que banales, mais je m’enlise dans des difficultés affectives et relationnelles.protection.jpg

J’y arrive avec les enfants, plus difficilement avec les adultes et encore moins avec la personne dont je suis amoureuse. Je m’enferre dans des situations génératrices de malentendus et de quiproquos.

Ces situations font que celui que j’aime par dessus tout,  me renvoie des aspects inconnus de moi, des affects désagréables. Tout cela ébranle mes certitudes, fragilise l’équilibre que j’ai construit plus ou moins difficilement…dans un domaine où je ne suis pas du tout sûre de moi.

L’écueil (en général)est que je guette dans la relation amoureuse ce qui pourrait me contenir, des bras, des regards, des attentions que je ne sais plus prodiguer moi-même. Cet espace sécurisant que je recherche fait fuir immanquablement, tant ma demande est grande.(en cela, il est comme les autres) Et quand je feins le détachement le résultat est le même. Personne ne veut être mon objet d’identification et d’attachement.

(more…)

123
 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...