Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

24 novembre, 2014

Emotion

Classé dans : bavardages,humeurs — kinkajouunblogfr @ 19:14

Tout en slalomant entre les camions sur cet autoroute que j’emprunte quotidiennement et en regardant amusée les lourds nuages qui s’amoncellent je cherche une station de radio qui me raconte quelque chose.

Pas envie de chanter avec Nostalgie, Chérie FM ou RFM que parfois j’affectionne. J’ai envie de me taire puisque à l’exception du week-end, je parle au moins 6 h par jour non-stop. J’ai même dérogé vendredi en restant à la pause-déjeuner avec mes stagiaires…ça ne m’était pas arrivé au moins depuis 2005  !

66492527_12887751_31791513Ruquier et sa bande ne m’accrochent pas. Qu’à cela ne tienne je parcours la bande FM. J’y arrive presque au début d’une séquence qui propose d’écouter un femme pilote ou commandant de bord nous narrer une émotion qui soit audible sur les ondes à cette heure.

La dame prend la parole pour nous faire partager son/ses émotion(s) à la vue de la voûte céleste notamment lors des vols de nuit quand tout va bien et que, faisant l’obscurité dans la cabine de pilotage elle se confronte à l’immensité de l’univers, elle mais aussi notre planète.

spirale-photo-plus-geometrique

J’écoute, j’écoute, je tends l’oreille, je lui prête toute mon attention à en oublier que je suis moi-même dans un moyen de transport.

Déception ! Rien, mais absolument rien de ce qu’elle nomme émotion ne me touche. Je ne trouve pas ce qu’elle nomme ainsi !

Bien sûr l’émotion ressentie par les uns peut ne pas en émouvoir d’autres, mais à ce point  !

Soit quelque chose me fait défaut,  soit nos trajectoires de vie, nos seuils face à l’émerveillement sont opposés, soit rien ne me dispose à percevoir ce qu’elle ressent.

Tout cela me fait penser aux seuils de la douleur, de la colère et à d’autres sentiments… Mais je n’ai pas encore envie d’y mettre des mots.

2 réponses à “Emotion”

  1. Groulala dit :

    La sagesse c’est le maximum de bonheur dans le maximum de lucidité

    • Groulala dit :

      Que les amateurs de prodiges
      La fleur du meeting aérien
      Tout le gratin de la voltige
      Gardent leurs casques à la main
      Je vais sur l’heure exécuter
      Malgré ma sainte horreur du vide
      Quelques figures intrépides
      Dans mon aéroplane blindé
      Suis-je distrait ?
      Moniteur, s’il vous plaît
      À quoi peut bien servir un manche à balai
      Qu’est-ce que j’ai dit qui vous fait cet effet
      Le fait que je m’effraie d’affronter

      Dans la cabine de pilotage
      Tous ces cadrans, tous ces leviers
      Qui semblent narguer mon courage
      Juste au moment de démarrer
      C’est parti
      Mon dieu quel furieux décollage
      Planquez tout, fou dang’reux
      Dans un rouleau de barbelés
      N’en jetez plus c’est assez
      Pendu au train d’atterrissage
      J’en suis toute retournée
      Quelques curieux décapités
      Quel carnage mes aïeux
      Malgré ce sérieux handicap
      Oh, mon glorieux coucou
      On vas s’taper un p’tit rase-motte
      On s’amuse comme des fous
      Bilan : trois cents kilos d’carottes
      Épluchées d’un seul coup
      Mon copilote a une attaque
      Sauve qui peut, lâchez tout
      Il a gerbé tout son ragoût
      Sur les g’noux d’un sapeur-pompier
      Dont on s’demande bien ce qu’il fout, hein ?
      Dans mon aéroplane blindé
      Allez sortez, sortez ou alors sifflez

      Dans mon aéroplane blindé
      Un déluge providentiel
      Fait que deux belles effarouchées
      Cherchent refuge sous mes ailes
      Attention les gamines pour le vol du bourdon
      Va y’avoir du frisson dans l’échine
      À fond les gaz, on attaque un looping
      Juste à la sortie du grand canyon
      Hostie d’calice j’ai comme la sensation
      D’être un chewing-gum au fond d’un lance-pierres
      Manekenpiss, v’là qu’on r’part en arrière
      Z’ont dû monter l’hélice à l’envers
      Dans mon aéroplane blindé

      Y’a qu’à moi qu’ces trucs-là arrivent
      Jamais vu ça même au ciné
      C’est l’overdose de la dérive
      V’là qu’le moteur a des hoquets
      Une merveille de technique
      Pour les chandelles et les piqués
      Surtout pas de cris hystériques
      Grosse brute
      J’avais prévu en cas de chute
      Quelques coupons de toile de jute
      Pour me servir de parachute
      Qu’est-ce qu’elles ont toutes à ricaner
      Ah oui la terre se rapproche
      À la vitesse d’un grand V
      Prêt pour la dernière taloche

      Sous sa fragile sépulture de toile et de tôle éventrée
      Gît un héros de l’aventure dans son aéroplane?
      blindé
      Merci à JH… et à toi mon Groulili

Laisser un commentaire

 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...