Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

4 décembre, 2011

Jouer cartes sur table

On a chacun notre manière de faire face aux situations que la vie nous impose. J’essaye de prendre une leçon de tout ce que j’entends, de tout ce que je vois, de tout ce que je lis, de tout ce que je vis.
C’est, je crois, ce qui m’amène à jouer carte sur table là où autrefois je tergiversais.

So what ?
Je sais  mentir, c’est pour cela aussi que j’aime écrire…enfin quand l’envie m’en vient !
J’ai également cette impression étrange que je suis dans un couloir où je dois donner un coup d’accélérateur à ma vie. Petit souci : je ne sais pas découper ma vie en tranches. Pour arriver quelque part il me faut être dans les conditions où ma sécurité de base soit stable dans tous les domaines.
Jouer cartes sur table dans amours BBchance-241x300

Certains domaines de ma prétendue vie sont stables et me garantissent un réel épanouissement. Mon travail par exemple mais aussi mes relations avec mes enfants qui sont plutôt satisfaisantes, même s’ils ne se doutent pas que je puisse être fragile et douter de moi… Pour autant, ils ne sauront rien de mes secrets ou de ce qui me tourmente.
J’ai renoncé à poursuivre des relations que je croyais amicales mais que j’étais seule à nourrir et je me satisfais de très bons rapports avec quelques collègues. Mes liens avec ma fratrie sont distendus mais très forts, mes échanges avec le père de mes enfants sont plus que cordiaux, nos relations sont apaisées et intelligentes. Donc tout irait pour le mieux si je n’avais cette sorte d’instinct qui me pousse à avoir des intérêts uniques et particuliers de nature affectueuse avec une seule personne…
Ce pan de ma vie est donc instable ! Cette instabilité sans m’aveugler, ralentit la mise en route de mes projets de fin de vie.

Tout ce qui dépend de moi évolue favorablement, dès que les sentiments s’emmêlent, c’est la pagaille assurée !

Je procède alors avec cette méthode :  Qui suis-je ?  Qu’est-ce que je veux ?   Qu’est-ce que je veux faire ? et enfin  Comment je veux le faire ? J’oubliais …  Avec qui je veux le faire ?

daumier-277x300 dans bavardages

Je vous laisse les gens, je dois entamer un long conciliabule avec moi-même puis avec une tierce personne.

 

29 novembre, 2011

Petit tour au ciné

Classé dans : amours,bavardages,belles choses,douceurs,enfants,humeurs,musique,passions,politique — kinkajouunblogfr @ 22:05

Je me suis secouée et malgré mon envie d’y aller avec lui, je me suis rendue seule voir Les neiges du Kilimandjaro puisqu’il devait s’occuper de sa progéniture (il me restait 3 tickets de ciné à tarif réduit, valables jusqu’à fin décembre).

Image de prévisualisation YouTube

J’ai pleuré en entendant cette chanson de Pascal Danel que je chantais à tue-tête autrefois ! J’ai fredonné aussi Many rivers to cross et quasiment toute la bande son ! Mais avant ça, j’ai pris un coup de jeune ! J’étais la plus jeune ou la moins vieille de la salle, c’est selon…tous les autres avaient au mieux la soixantaine frétillante !

Ce film, je l’ai savouré et comme en son temps, Marius et Jeannette et La tête en friche, je vais guetter sa sortie en DVD en espérant que la fortune me sourie d’ici là ! Je ne vous le raconterais pas, je ne saurais pas le faire mais s’il passe encore dans une petite salle près de chez vous et si vous avez une sensibilité d’humaniste…installez-vous dans cette salle.

Petit tour au ciné dans amours photo_1319450742_1
Je pensais à cela et à ma fille aînée tout en me faisant la réflexion que finalement j’appréciais d’avoir mon âge quand je me trouvais au milieu de ceux qui avaient 20 ou 25 ans de plus que moi…

Je marchais avec deux sacs de courses pendus à mon avant-bras avec le plus d’élégance possible, un joli fleuri automnal et l’autre plastique rose bien polluant pour l’environnement si on le jette. J’avançais d’un bon pas, tête haute sous mon parapluie, ventre rentré et fesses comme toujours haut placées.

 

carousel2 dans bavardages

Je dépasse deux hommes qui fument sur un trottoir quand l’un deux m’interpelle en me disant « Madame, un dîner presque parfait avec moi ? Vous m’avez charmé en passant ! »
Je suis revenue sur mes pas pour lui dire que je n’aimais pas et que je ne savais pas cuisiner…
Il avait la tenue que j’attribue à un chef cuistot, ce qu’il a confirmé en me disant que je serais, si j’acceptais, son invitée privée ! Nous avons échangé quelques mots et son pote écarquillait les yeux en tournant la tête de droite à gauche comme à un match de tennis ! Incroyable, la drague classique existe encore à l’ère d’internet !
On verra bien s’il y a une suite à cette « relation de trottoir » en tout cas, j’ai repris le sourire que j’avais sur le visage depuis que j’avais rencontré grande demoiselle à ma sortie du cinéma. Je ne suis pas sûre d’être disponible mais depuis quelques jours, c’est ce message inconscient que j’adresse à certains dont je croise la route. Qu’importe !

28 novembre, 2011

Réminiscences

Classé dans : amours,bavardages,musique,reflexions — kinkajouunblogfr @ 9:12

Pour ne pas avoir de chagrin d’amour, il me suffit de ne pas être amoureuse puisque les soucis du quotidien ne me laissent guère la possibilité de faire autre chose que de lutter !

Image de prévisualisation YouTube
123456...57
 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...