Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

26 janvier, 2015

L’Estaca

Classé dans : belles choses,chansons,citations,colere,humeurs,politique — kinkajouunblogfr @ 12:28
Image de prévisualisation YouTube

6 décembre, 2014

Ma préférence nationale

Classé dans : colere,humeurs,mode de vie,point de vue,politique,quotidien,reflexions,relations,societe — kinkajouunblogfr @ 23:42

C’était il y a longtemps un cubain… Si mes souvenirs sont exacts, il était en France depuis cinq ou six ans. Il y avait fait venir sa fille depuis 2 ans. Il ne parlait que de Cuba. Il regardait la télé de Cuba, ou plutôt celle que faisaient les Cubains qui vivent aux Etats-Unis. Sa nourriture était exclusivement cubaine. Évidemment sa musique été cubaine.
« Grâce » à des associations humanitaires il avait obtenu un travail en tant que cuisinier ce qui n’était pas son métier d’origine. Pour cela il avait bénéficié d’une formation rémunérée. Il avait également eu un revenu de substitution un certain temps ce qui lui avait permis le soir, de donner des cours de salsa en complément et au noir, cela va de soi.
Comme si ça coule de source il était maintenant logé en HLM flambant neuf dans la banlieue toulousaine, avec parking en sous-sol et digicode à l’entrée. Sa fille avait suivi le même parcours : un premier métier lui avait été financé par la Région. Ce métier ne lui convenant plus, elle avait fait procéder à un licenciement conventionnel pour bénéficier d’abord des allocations chômage puis d’une formation par le FONGECIF.
Non content de profiter de sommes versées par les classes moyennes qui faisaient cet effort pour les autres, notre cubain s’autorisait même à critiquer les Français d’origine musulmane car ceux-ci disait-il, prenaient trop de place étaient trop bruyants, trop nombreux et il n’en voulait d’ailleurs pas comme voisins. Il estimait malvenu une prétendue clémence des autorités policières à leur égard. Il se trouvait également partisan d’un retour au pays pour ces gêneurs…

mes petits bonnets.jpg

Aujourd’hui mon interlocuteur est européen. Il a donné congé à son pays parce que celui-ci est en faillite et qu’il ne peut plus y trouver de quoi exister décemment. Il n’est pas gêné d’être inscrit dans une agence d’intérim en même temps qu’il est inscrit au Pôle emploi et qu’à ce titre il bénéficie par exemple de titres de transport quasiment gratuits, y compris lorsqu’il travaille. Il ne paie pas d’abonnement Internet puisqu’il a trouvé toute une liste de codes lui permettant d’avoir un accès gratuit. Il refuse un travail à 1500 euros puisque je le cite « Hollande lui donne mille euros sans travailler » … ( Après un bac S, un bac pro et un petit tour à la fac, mon fils émarge à 1400 €/mois) Il envisage plutôt sereinement de se faire embaucher par une boîte de son pays qui le paierait au noir, dans le même temps où il serait inscrit au Pôle emploi et continuerait à bénéficier des avantages liés à son statut de demandeur d’emploi ici.
Il a repéré que pour sa fille l’inscription à la Mission Locale d’Insertion lui permettrait de gagner 500 euros sur l’inscription au permis de conduire. 500 euros que le Conseil général lui accorderait sans aucune demande de remboursement. ( ma dernière fille va entamer le même apprentissage…le Conseil Général n’en saura rien)
Il envisage de faire pour lui et sa fille éventuellement, une demande pour être logé en HLM et de manière à peine détournée me demande si j’ai des connaissances qui lui permettraient de faire grimper son dossier en haut de la pile.

mes petits bonnets 2.jpg

Comme le cubain de naguère il trouve que les Arabes prennent trop de place dans les HLM. A la question de savoir s’il s’agit d’un » arabe » français où étranger, il répond sans sourciller : les deux !
Je lui rappelle que dans l’histoire, le contribuable français que je suis, dont les enfants n’ont jamais bénéficié des aides auxquelles il prétend fait partie de ces gens qui financent ce qu’il utilise sans avoir jamais participé à l’effort national.
Je trouve normal que les français bénéficient du système français qui devrait leur être attribué en priorité. Je constate que le système est comme un gruyère et j’ai alors tendance à interroger le mot fraternité de la devise nationale QUE pour les nationaux. Ma fraternité universelle est au plus bas… ce qui ne m’empêche pas de tricoter des petits bonnets, je ne sais même pas pour quelle association.

24 septembre, 2013

Référencement 2

Classé dans : ARNAQUE,colere,humeurs,quotidien,societe — kinkajouunblogfr @ 20:53

Un jour qui n’était pas hier je me posais la question de savoir si oui on non je continuais à raconter… Finalement je le fais 1) pour faire la publicité qu’il mérite à ce Gorczyca 2) parce que ça canalisera ma colère et mon dégoût 3 ) parce qu’il existe des poulotons alors…

Je signe quelques jours avant d’acheter la maison un devis avec cet « entrepreneur ». Nous avons auparavant discuté de mes attentes pour les travaux, des délais et de la mise en oeuvre : tel matériaux, dans tel ordre etc etc.

Référencement 2 dans ARNAQUE plafond-beaulieu-225x300

Comme lorsque mon garagiste me propose un devis, je signais pour un montant précis mis à part les éventuelles surprises que peuvent révéler un ancien bâtiment.

Le lendemain de la signature chez le notaire donc, les travaux de rénovation démarrent. Pour cela je verse 50 % du montant total du devis. Je m’étais renseignée auparavant et il n’est pas rare que cette somme aille  de 30 à 50 %, même si le plus souvent elle est de 30 %.

Qu’à cela ne tienne, ce montant n’étant pas fixé de manière rigoureuse par la loi, je me dis que c’est un mal pour un bien, que ça avancera plus vite.

Au début,  je suis sur le chantier un jour sur deux. Les papiers sont jetés à terre, on va leur faire un sort c’est sûr ! Les revêtements de sol bien moches sont arrachés. Et toute la ferraille qu’on peut revendre (radiateurs en fonte  par exemple) s’en va avec mon artisan qui me dit, après  coup que ça ne vaut rien de toute manière.

Un autre jour,  j’arrive alors que les murs sont attaqués vigoureusement par un tâcheron. Tout baigne. L’enthousiasme de ces deux mecs couverts de poussière me rassure. Il y a encore beaucoup à faire mais je dois rester confiante. Mon bail n’expire que dans quatre mois.

Quelque chose me chiffonne quand même : un chantier c’est un lieu où il y a des outils, notamment des outils usagés. Là rien de tel, un seau de ménage, une paire de lunettes de chantier, un escabeau., un balai et des masques anti-poussière puis un pulvérisateur de jardin. Et quand même vingt deux plaques de placo !!!

J’espace mes visites, vu que regarder du papier qu’on arrache ou voir taper dans un mur ne sont pas des spectacles à proprement parler. Un soir cependant je me retrouve avec l’artisan lui demandant de m’expliquer pourquoi les murs des toilettes d’en bas ont été démolis. Oups !!!!Une erreur de mon ouvrier, je vous remonterais ça !

Quelques jours plus tard, c’est la cloison entre ma chambre et la salle d’eau qui est par terre. Encore une erreur de l’ouvrier ! Il me promet de la remonter aussi . Il est vrai que j’avais émis le désir de créer une porte coulissante entre ces deux pièces. MAIS SUR UNE PARTIE SEULEMENT ! bougre d’âne !!!

p1080391-e1380047924672-225x300 dans colere

ça y est ! je commence à rouspéter. Je me pointe de plus en plus souvent et je m’étonne que rien n’avance, que les gravats s’accumulent dans et devant la maison. Pas de réponse dans un premier temps.

« Mon » artisan va alors accélérer le mouvement. Il me demande de venir choisir les matériaux avec lui. Je m’étonne de sa demande. En effet, il y a encore à faire avant cette étape. Oui mais il préfère anticiper.  Soit !

Nous voilà donc chez Leroy Merlin. Là il s’agit de passer commande de la moindre vis. Pour le coup c’est moi qui change de cadence : pas envie de perdre du temps à cela. S’il s’agit des finitions, de l’aspect esthétique, du choix des revêtements etc, pas de problème. Mais je n’ai pas besoin d’arpenter cette grande surface du bricolage pour acheter des pare-vapeur avec ce nain.  J’ai l’impression que je le paye pour ça.

Je verse un acompte pour une première commande (je vous dirais le prix dans le creux de l’oreille si vous y tenez).

Dans la foulée il m’annonce avoir besoin de toute urgence de 1400 € pour passer commande d’un Vélux et qu’il doit changer ses freins. Cherchez l’erreur !

Je me rebiffe car après le coup de Leroy Merlin, je lui indique que les 50% versés servent aussi à ça, au Vélux, pas à ses freins, puisque ça je m’en tape !

- Ah ben  non ! Je suis auto-entrepreneur, et je fonctionne comme ça. Mon devis ne comprend que la pose, pas les matériaux.

- OK . Alors je sollicite un avenant au prétendu devis pour savoir le volume financier sur lequel je m’engage. Euh !!! j’attends toujours.

Je reviens à la charge afin d’obtenir son identification professionnelle , n° de SIRET qui est illisible sur son devis ainsi que la copie de son assurance décennale. Il me redit (j’en avais déjà parlé avec lui) que je n’en ai pas besoin. J’insiste ! je n’obtiens que des promesses au prétexte qu’il n’est pas doué en informatique. Il le prend de haut et me dit devoir tout arrêter si je ne lui fais pas de virements pour l’entreprise auprès de laquelle il doit réserver ce Vélux. Comme j’insiste de plus en plus je sens bien qu’il s’agace, d’autant plus que je lui fait remarquer que les travaux semblent stagner.

Je ne veux surtout pas que le chantier s’arrête : je lui fais son virement. C’est à ce moment-là que la guerre commence.

J’exige qu’il vide la cour des gravats qui s’y trouvent et qui proviennent de mon chantier et je manifeste mon mécontentement d’y voir de gros appareils ménagers, des lits d’enfants etc… Ils appartiendraient à son ouvrier !

Je m’en fous et le lui fais savoir. Il va en enlever une petite partie comme pour me faire taire. Il me dit vouloir bénéficier de ma première heure de location gratuite si je loue un camion chez Leroy Merlin. Il se trouve que je n’ai pas l’intention d’en louer. Pas de bol !

p1080387-300x225 dans humeurs

Il me signale une effraction sur le chantier. Le lendemain je vais voir : rien ! Mais il me décrit une porte métallique pliée, le vol de deux lampes halogènes et d’un marteau piqueur. N’ayant rien constaté je le renvoie à son assureur et aux services de police. Il aura quand même le culot de me demander si j’accepterais d’inclure dans ma prochaine commande le remplacement de ces outils volés selon lui par son ouvrier avec qui il se serait disputé ! Et puis quoi encore ? Oui je peux, non je ne veux pas !

Il m’annonce que suite à cette dispute il a été obligé de scier la clef du cadenas du portail que son ouvrier avait conservé comme mesure de rétorsion envers lui. J’ai comme l’impression que ça s’appelle violation de domicile puisque c’est une effraction, sachant que tartempion-gorczica savait où me joindre pour avoir le double. Je lui demande de remplacer ce cadenas. Mais pourquoi j’ai usé de la salive pour m’adresser à ce taré ?

Revenons à nos moutons-travaux, j’aimerais que le faux plafond de la chambre 2 soit sorti également de la maison. Je refais avec lui l’échéancier des travaux.

Il ne bouge pas, une seule chose le préoccupe : un virement pour ce qu’il considère être la mi-chantier : 20 jour après le début des travaux. A un mois de la signature du devis, il estime être à mi-chantier et fait un caca nerveux pour avoir le versement des 30 %.  Comme je résiste, il me dit qu’il doit payer son ouvrier et changer ses freins…et que sans cet argent, il est bloqué. Il n’a rien acheté comme matériaux sauf les 22 plaques de placo bien entendu

Je traîne les pieds, on reparle des documents qu’il doit me laisser et il commence à ne pas répondre à mes appels.

J’ai oublié un élément important : il a ouvert un mur porteur sur 1,70 m de haut  environ et 1,60 m de large et l’a laissé en l’état. Oui, oui ! en l’état, sans étayage.

Quand il m’envoie la copie illisible de son numéro de SIRET et de sa garantie décennale il obtient son virement intermédiaire mais en vrai…rien n’est fait des travaux qu’il doit effectuer.

Nous convenons d’un autre rendez-vous un samedi matin quand l’après-midi me conviendrait mieux, mais je suis lasse.

Il m’attend dans les rayons de Leroy Merlin. Je le convoque dans l’espace d’attente où il passe un (très) sale quart d’heure, sue à grosses gouttes et se demande visiblement si la grosse noire en face de lui ne va pas le bouffer. Il n’a pas tort car ma rage est bien plus noire que ma peau.

Suite à ces événements, il me prévient de ne pas l’appeler le week-end, car il sera hors de France ! ça ne m’empêche pas de l’appeler le lendemain qui est un dimanche dans un état de colère avancé, puisqu’il n’a pas déposé les documents que je lui réclame dans la maison comme il s’y était engagé !

Il sort les violons pour me dire qu’il n’avait pas la tête à ça, que son père aurait été victime d’un AVC et qu’il se serait précipité dans la nuit à son chevet en Bourgogne !

Rien à foutre ! c’est la réponse que je lui fais en substance !

En fait pour ceux qui ne situent pas où réside cet artisan, il est à Lunel dans l’Hérault ! Et de Lunel, il peut comme d’autres  mecs, quand ils ont les poches et les couilles pleines,  enfiler l’A9, avant d’enfiler les filles du plus grand bordel d’Europe qui se trouve à la frontière espagnole : au bout de l’A9 donc ! Ce qui était son cas pour les poches, pour les couilles, je ne sais pas,  je n’ai pas vocation à le traire. Avec quasiment 11000 € en poche, il pouvait s’en taper des pouffiasses , le Gorczyca !

p1080335-300x225 dans quotidien

Bref, le lundi je le recontacte et là il m’informe qu’il repart de Bourgogne, il est environ 11h30 et me donne rv 2 h plus tard à Leroy Merlin dans l’Hérault ! Demandez à Google  map la distance ! Sa 406 doit avoir des caractéristiques insoupçonnées depuis qu’il a changé les plaquettes de frein, me laissant l’emballage pour preuve.

C’est la dernière fois où j’ai eu contact avec ce malfrat. Il m’a annoncé qu’il partait trois mois en Roumanie et qu’éventuellement à son retour il verrait s’il procédait à un quelconque remboursement.

J’ai parait-il manqué de vigilance m’a indiqué au téléphone une dame d’une association de consommateurs en prenant connaissance de sa destination de vacances et de son nom. Je suis désolée madame, mais je prends assez mal qu’on me demande de quel pays je viens pour éviter de poser cette question aux autres. J’avoue cependant que depuis, à certains carrefours je foncerais avec peu de scrupules sur certains qui viennent de son lieu de villégiature. Je fais pourtant la part des choses, un chien galeux n’est pas la preuve que tous les chiens le sont.

Une semaine après ce dernier contact, et trois jours après mon dernier passage,  je vais m’assurer que la maison tient encore debout et que vois-je ? la porte métallique pliée exactement comme il me l’avais décrit auparavant.

Voilà pour aujourd’hui. Il y a une suite évidemment…

 

 

 

 

 

 

12345...10
 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...