Plurielle

Je suis en paix avec le monde et je caresse l’illusion que tout va bien et que le monde est aussi en paix avec moi

28 octobre, 2011

Marre

Classé dans : colere,humeurs,mode de vie,point de vue,quotidien,societe — kinkajouunblogfr @ 16:25

Comme il le dit bien André Comte-Sponville mais il n’est pas le seul à voir de haut la paupérisation qui va galopant : « On n’a jamais vécu aussi longtemps, ni sans doute (en moyenne et à l’échelle du monde) aussi bien. On n’a jamais autant produit, autant consommé, jamais été aussi libre…Bref, le monde va plutôt mieux. Et l’on n’entend, en France, que plaintes et gémissements. Pourquoi une telle insatisfaction, une telle anxiété, un tel pessimisme? Le chômage résiste à tous les plans de relance. La dette publique prend des proportions catastrophiques, qui menacent et la construction européenne et l’avenir de nos enfants. »

 Je n’ai pas la prétention de lui répondre à ce monsieur, ni à d’autres qui font ce constat ou qui l’analysent…Il se trouve que je vis cette dégradation de mes conditions de vie et mes enfants avec moi,  et nous ne sommes pas les seuls !

Sans y réfléchir vraiment, j’ai fait le choix il y a une trentaine d’année de m’élever au-dessus du bidonville de la périphérie du port où je suis née : instinct de survie peut-être ! Volonté de ne plus avoir faim sûrement !

 

attendre.bmp

 

 

Bien sûr, personne ne m’a obligé à avoir quatre enfants, ni à être fonctionnaire territoriale, ni à divorcer… Mais personne ne m’a obligée à venir au monde et à y rester non plus. Comme j’y suis, il faut au moins que j’y sois de manière agréable pour moi. Mais c’est pas gagné, et ça l’est de moins en moins.

 

  Il se trouve que travailler au SMIC n’est pas considéré comme faire des petits boulots…mais qu’en est-il quand dans la réalité vous avez 24 ans, que vous en êtes à votre quatrième remplacement dans la même entreprise, à temps partiel, cela va sans dire, avec seulement les congés hebdomadaires puisqu’il ne s’agit pas d’un seul contrat mais de plusieurs qui s’enchaînent, que ce travail est à 54 km de chez votre père qui vous héberge, que la fatigue accumulée des 110km/jours en voiture est la cause d’accidents… de voiture qui génèrent votre expulsion de chez l’assureur militant ?

Quand à 22 ans vous réussissez enfin à intégrer un centre de formation qui se trouve à 159 km de votre domicile habituel, il faut trouver un appartement, guère plus grand qu’un cagibi  mais que vous payez au prix fort et assumer les frais qui vont avec…et puis il faut y aller, en voiture comme votre frère aîné puisque les transports ne sont conçus que vers la capitale de notre beau pays, les autres axes ne sont pas si bien desservis que veulent nous le dire les responsables des voies ferrés.

A 20 ans, oh le bel âge ! vous cherchez aussi à vous insérer par le travail, mais pour celà il faut franchir la distance entre le domicile et les lieux de l’emploi. Et hop ! un troisième véhicule ! Pour les mêmes raisons que ci-dessus.

Venons-en maintenant au financement de toutes ces « choses ». Le code civil en parle dans les articles articles 203 à 211, et articles 303 et 367. Les parents doivent à leurs enfants une assistance sauf si ceux-ci se maintiennent volontairement dans l’indigence !

La quatrième, Dieu, Allah, Bouddha ou d’autres soient loués, elle n’est qu’en seconde pour apprendre à en baver : dès la rentrée les profs l’ont dit « cette classe est immature, on va devoir la cadrer »…tout ça pour apprendre à faire la queue au pôle emploi !

Pour en revenir à André Comte-Sponville « C’est vrai en particulier du sort fait aux jeunes : il est inacceptable qu’ils aillent de stage en stage, de chômage en petit boulot, sans pouvoir décemment se loger - sauf l’aide des parents »…

avoirlafoiaupakistantoitdunemosque.jpg 

Alors parlons-en des parents et de leurs revenus (je n’oublie pas que personne ne m’a obligé à être quatre fois parent), mais il est trop tard pour les noyer et eussent-ils été des petits chats, c’est cruel et interdit ! Un père directeur dans la fonction publique n’a pas un salaire de directeur de cabinet(je ne sais rien du salaire ni des charges d’un directeur de cabinet…je fantasme ). Une mère dans la fonction publique (catégorie B), a ce qu’on appelle un revenu moyen. Ben oui ! mes enfants n’ont pas la chance d’avoir des parents financiers et/ou spéculateurs. Et si nos revenus de parents sont réguliers (ce qui n’est pas le cas de tous les parents)ils n’en sont pas moins insuffisants quand on doit se porter garant pour la caution locative du cagibi suscité ou pour les crédits afférents aux véhicules garantissant la mobilité des rejetons qui ne demandent qu’à s’envoler.

Là-dessus, comme si je cherchais le bâton pour me faire battre…je demande le divorce et la procédure, peu onéreuse du point de vue de ceux qui n’ont pas à la payer vient me casser les reins !

impasse.jpgNon content de cela, ne voila t’il pas que malgré  le prononcé du divorce et les fonds versés chez le notaire, celui-ci n’a fait aucune des démarches normales me permettant de récupérer la soulte…qui aussi petite soit-elle me permettrait de bouffer !

Alors colère ! j’ai envie de lui dire à cette grosse conne qui a le même prénom que moi de sortir de sous le bureau de son patron parce que je peux marcher à pied, mettre des pulls, ne plus avoir de téléphone portable, me passer d’internet, mais m’arrêter de manger, non ! je mange déjà une fois par jour, moins je ne peux pas, et ma banque ne fait pas service social.

Encore Comte-Sponville : « Ce n’est pas parce que la vie a un sens qu’il faut se battre. C’est pour qu’elle en ait un. » Alors je me bats. Mais putain…j’en ai marre de me battre pour tout.

23 juin, 2011

Urgences psychiques

Classé dans : colere,famille,humeurs,point de vue,quotidien,reflexions — kinkajouunblogfr @ 8:43

C’est lorsqu’on est confronté personnellement à une difficulté que l’on constate l’incurie ou l’inadéquation des réponses.

Un jeune de 21 ans en errance mais pas sans domicile fixe, en quête de repères, de re-père passe depuis deux ans par des épisodes d’agitation et de troubles psychiatriques dont je ne cherche pas ici les causes : je constate simplement.

Parce que nous sommes proches affectivement et que je suis une figure maternelle possible même si je ne suis pas maternante il vient vers moi.

Il erre depuis trois jours buvant en compagnie d’ivrognes professionnels, dormant peu et mal dans des lieux inadaptés. Il a pour attache son chien qu’il finit par perdre tellement il est déconnecté  à une certaine réalité.

Son père arrive à retrouver sa trace, le poursuit, le suit et une sorte de cordon viscéral les relie : l’un courant devant l’autre  derrière comme dans la comptine que l’on chante aux têtes blondes ou brunes.

Malgré la brume qui envahit son cerveau, c’est chez moi que vient sonner ce tout-petit de 1,87 m…

C’est donc moi que son père appelle. Moi qui officiellement ne fait plus partie de cette famille !

Je réponds présente et durant 1h30 je vais essayer de convaincre 3 médecins, la police, les urgences psychiatriques, le 15 et le 115 de nous aider à trouver  une solution vers une réponse au mal être que ce jeune  homme exprime. Malgré son état, je le contiens et il reste à attendre une intervention que SOS médecins accepte sur le principe…

Après moultes appels et une invitation plutôt sèche à aller prendre place dans la file d’attente des urgences au CHU, on me confirme que la demande est bien « notée » « mais nous ne traitons pas les urgences »…Merci mais j’avais constaté !

De 14h30 à 21h 50, ce n’est effectivement pas le terme approprié !

Il s’agit du temps au bout duquel, n’ayant plus aucun argument pour le retenir…le jeune homme est reparti zoner !

10 mn plus tard, le médecin appelle pour informer de son arrivée !

 

densitdesmdecinsenfrance.jpg
 

Si vous avez besoin d’une intervention pour un diagnostic pour un malade psychiatrique…récalcitrant quant  aux déplacements et que vous ne pouvez contraindre physiquement à vous suivre, je vous conseille de le pousser sur la chaussée, il s’en suivra heureusement pour lui un accident de la route et il sera pris en charge.

J’habite le Languedoc Roussillon, ce n’est pas la région la moins bien lotie en terme de densité médicale !

27 février, 2011

Chute de cheval

 

Tout gérer, ça se fait…toutes les wonderwoman s’y collent depuis des lustres.

Tout anticiper ou presque, je l’ai eu fait puis je suis passée à la gestion du quotidien, beaucoup plus reposante et de toute manière, anticiper n’a jamais écarté les difficultés.

tomberparterre.jpgUne image me vient : chute de cheval … je ne suis jamais montée à cheval !

Sans velléité aucune de rejoindre les statistiques, après 28 ans de mariage et 4 enfants, j’ai demandé le divorce. J’espérais redevenir moi-même, celle qui n’était pas la grande personne que j’étais devenue pour rejoindre celle dont rêvait la petite fille de naguère.

Je suis en chemin pour vérifier qui je crois être… Je fais des efforts, je m’astreins à la patience mais parfois sans raison valable, le sort s’acharne pour me jeter à terre.

Quand ça se calme sur le plan familial, un accident puis un autre vient me rappeler que l’essentiel c’est que mes enfants soient en vie et en bonne santé. Comme si j’étais au-dessus des contingences financières qui font mon quotidien. Une voiture à réparer soit, une deuxième en moins de deux mois…va falloir que j’envisage un amant carrossier !

Cette voiture qui est passée dans le fossé, elle me fait réaliser le fossé qui existe entre l’éducation que je pensais avoir donné à mes enfants et la réalité : Grande demoiselle, prête sa voiture à son père, lequel prête la sienne au fiston !

Il se trouve que Grande demoiselle avait prévu de faire découvrir quelques spécialités touristiques de la région à son copain natif de l’île soeur à la mienne. Elle est furieuse de ce contretemps.

Je suis furieuse aussi pour diverses raisons, moins je dépense et moins j’ai d’argent ! Il y a même un prélèvement frauduleux sur mon compte dont il faut que je m’occupe !

 

Je suis furieuse aussi car pour une simple demande de formation j’ai dû, que dis-je, je dois apporter des tonnes de justifications : pourquoi cette formation-là ? Pourquoi cet organisme-là ? Pourquoi une formation en groupe et pas en individuel …etc. Je suis même menacée de ne pas pouvoir accéder à une formation ultérieure qui entrerait dans le champs de celle-ci ! Obligée donc de rappeler au service de la formation de cette administration où je travaille qu’elle n’est pas au-dessus des lois et qu’en référence à celles-ci je ferais valoir mon droit à la formation individuelle aussi souvent que nécessaire.

arccaraibe.png
Comme si ça ne suffisait pas, je dois apporter à la même administration la preuve que ma dernière fille est bien ma fille, au cas où je l’aurais vendue ou échangée avec une autre… Il faut que j’apporte aussi la preuve de mes intérêts moraux et matériels pour prétendre bénéficier à mon droit aux congés bonifiés. Des congés bonifiés que cette même administration m’accorde, puisque c’est la loi, depuis 1988. Il paraîtrait qu’elle pourrait en modifier les conditions d’attribution malgré ce que disent la loi, les décrets d’applications et les circulaires….mon lieu de naissance aurait pu changer, mes parents auraient pu devenir norvégiens à mon insu et sans doute que je me serais faite naturaliser monégasque ce qui bien évidemment déplacerait le centre de mes intérêts matériels et moraux.

Quand cette administration cessera d’exploiter sa connerie toute institutionnelle, je devrais me remettre en quête d’une location où je puisse me poser pour jouir de cet endroit du monde où je suis née, qui détient mon passé et mon devenir…

Comme rien ne va tout seul je vais prévenir par lettre recommandée à mes voisins du dessus que je ne supporte plus du tout les cavalcades incessantes de leurs enfants au dessus de ma tête.

bisousgrenouilleln35nj10.gifEt puis, parce que je suis décidément une sale bonne femme, je demeure désespérément amoureuse d’un qui a tourné la page depuis longtemps mais qui me tient par le coeur et la tendresse que j’ai pour lui et je vomis de tant de faiblesse et de bêtise. Tous ceux que je peux rencontrer ne lui arrivent pas à la cheville puisqu’il est le mètre-étalon de référence.

 

bb.gif

 

 

 

 

Comme vous le constatez, mon printemps s’annonce radieux ! J’hésite entre l’alcoolisme et la dépression ou un mélange de deux… Je vous tiens  au courant selon là où la balance penchera.

12345...10
 

royaumedeprincesse |
Quand il n'y a plus que des... |
bolduc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bulles de vie
| Les moments parfaits
| Journal d'une fille sans av...